15/03/2017
Les châteaux cathares, Montaillou

Accueil
Suite
Le château de Montaillou (Ariège)


Photo du site




Le village de Montaillou est dominé par les ruines d'une tour médiévale, sans doute postérieure à l'époque cathare. Au cœur d'un plateau perdu, plus haut que le pays de Sault et surplombant la haute vallée de l'Ariège, Montaillou est encerclé au loin de télésièges. Ce village a été consacré en 1976 par la plume de l'historien Emmanuel Le Roy-Ladurie.

Description
Il ne reste que quelques ruines de ce château. Ce village doit sa notoriété à Emmanuel Le Roy Ladurie qui lui a consacré un livre : Montaillou village occitan, en étudiant les livres de l'inquisition. Montaillou est situé à côté de Montséguret à 1200 m d'altitude), et contrôlait le chemin reliant le Pays de Sault au Sabarthès, par les cols des sept frères et de Marmare, mais aussi celui reliant le Pays d'Olmes au Donnezan, par Comus et les cols de Balaguès et de Pailhères. De nos jours, on accède aux restes de l'édifice en remontant la rue principale. Le Pays d'Alion échut au début du XIe siècle, à la branche cadette des comtes de Carcassonne. En 1132, Guilhem d'Alion, marié à Braidimenda de Foix est alors vicomte de Sault. Dans la seconde moitié du XIIe siècle Aton d'Alion reçut en héritage le Pays de Sault et donna naissance à la famille Niort devenue célèbre lors de la croisade contre les "Albigeois". En 1209, les d'Alion furent dépossédés de leurs biens, pour désobéissance, et ce furent les Comtes de Foix qui se chargèrent des territoires de Prades et Montaillou. Cela pouvait expliquer en partie la soumission "diplomatique" de Bernard d'Alion au chef des Croisés, Simon de Montfort. La position prise par Bernard d'Alion était à l'opposé de celle des comtes de Foix, qui eux, combattirent les croisés jusqu'en 1229. Il faut cependant noter que Bernard d'Alion malgré sa soumission fut un allié actif du catharisme en hébergeant, par exemple dans les années 1230, l'évêque cathare du toulousain, Guilhabert de Castres. Cette période de brouille entre les lignages de Foix et d'Alion prendra fin à l'occasion du mariage de Bernard d'Alion avec Esclarmonde, cathare célèbre car étant la sœur du comte de Foix Roger Bernard II.

L'accueil des cathares
Bernard d'Alion et Arnaud d'Usson, en tant que sympathisants, accueillirent sur leurs terres, des cathares persécutés et aidèrent de diverses manières les résistants au roi de France et à l'église catholique, qu'étaient les principaux chefs religieux cathares installés à Montségur. Après Montségur, de nombreux hérétiques trouvèrent dans les forêts du pays d'Alion, un abri sur contre le tribunal inquisitorial. Bernard d'Alion fut jugé par le tribunal inquisitorial et brûlé près de la Cathédrale de Perpignan en 1257. Les familles d'Alion et d'Usson, reçurent, en 1311, de Gaston I de Foix, 100 livres en échange d'Usson, de Prades et de Montaillou. En 1308, à Montaillou, une rafle fut organisée par Geoffroy d'Ablis, alors inquisiteur de Carcassonne. Celui-ci fit emprisonner les adultes et leur extirpa des dépositions qui serviront plus tard à un abbé de Fontfroide, Jacques Fournier, organisateur d'un tribunal inquisitorial, efficace et zélé, et qui deviendra célèbre en étant élu Pape à Avignon sous le nom de Benoît XII

Accès

N 20 Foix-Ax-les-Thermes. Après Ax-les-Thermes tourner à gauche dans la D613 vers le signal de la Chioula. Après Prades, la D 105 à droite mène à Montaillou.


Page d'accueil