14/05/2017
Les cathares, croisade
s

Accueil
Suite

SUITE DE LA 1ere CROISADE, L'ACHÈVEMENT (1214-1215)




Croisés à cheval et leurs étendards

C'est sans combattre que les croisés entreront dans Toulouse en juin 1215 au bout d'un siège de deux ans, son comté ayant été donné à Simon de Montfort.

Le remplacement d'Amaury
En janvier 1214, Innocent III nomme un nouveau légat, Pierre de Bénévent, en remplacement d'Arnaud Amaury qui s'est écarté des instructions pontificales. Il est muni des pleins pouvoirs mais il doit appliquer strictement les principes définis en 1209 et ne faire aucun tort à celui qui rejette spontanément la cause hérétique pour reprendre la religion catholique. De telles mesures ne vont pas dans le sens des intérêts de Simon de Montfort, obligé ainsi de rendre les terres aux hérétiques qui renient leur foi.

Le serment de paix de Narbonne
En avril 1214, le nouveau légat obtient la soumission de Raymond VI.

La réaction de Montfort
De Mai à Novembre 1214, Simon de Montfort va continuer ses chevauchées meurtrières en Quercy puis en Agenais et enfin dans le Périgord. Les ambitions des croisés s'opposent désormais ouvertement à celles du pape. En janvier 1215, un nouveau concile se réunit à Montpellier, mais curieusement au lieu de donner tort à Montfort, le réconforte dans son attitude. Entre temps, le pape reçoit Raymond VI et lui accorde l'absolution contre la remise de ses terres et de ses droits.

Le concile de Latran de 1215
Resté célèbre, ce concile, par l'obligation pour tout chrétien de se confesser au moins une fois par an et pour tout juif de porter des vêtements différents, se penche également sur l'hérésie cathare à la demande du comte de Toulouse qui veut annuler la confiscation de ses terres. La majorité des participants favorables à Simon de Montfort en décideront autrement, en acceptant le transfert des terres à Simon de Montfort et en le nommant comte de Toulouse. L'accord du roi de France sera également acquis en avril 1216 à Pont-de-l'Arche (Eure)

Page d'ouverture